Les vins

Fixin « En l’Olivier » (rouge) 2015

Cette cuvée, issue de vieilles vignes, s’ouvre sans réserve sur des notes intenses de petits fruits rouges et de cassis. La bouche se montre fraîche, constante et bien charpentée sur des tanins jeunes et fins. Une bouteille qui demandera 2 ou 3 ans de garde pour s’assagir.

Complet et riche, on pourra déguster ce vin sur  une pintade fermière, choucroute confite, crème de Morteau fumée.

 

 

 

Morey-Saint-Denis « En Pierre Virant » (rouge) 2015

Sur des tonalités très fruits rouges (griottes, framboises), le nez de cette cuvée se montre flatteur et ouvert. Sa texture en bouche s’inscrit dans la continuité et offre un profil davantage gourmand et souple que puissant et concentré. A boire dans sa jeunesse.

L’association sur un magret de canard aux fraises cuit basse température, accompagné d’une tatin de rhubarbe devrait vous laisser un excellent souvenir.

 

 

 

Chambolle-Musigny « Les Maladières » (rouge) 2015

L’élégance et la finesse des vins de Chambolle sont ici à l’honneur. Le nez, d’abord discret, évoque à l’aération le fruit noir et la cerise à l’eau de vie. Adossée à des tanins denses et soyeux, la bouche se montre à la fois généreuse, charnue et fraîche, persistant sur des notes de groseille.

A tester dès l’automne prochain, sur un filet de bœuf en croute d’olives, purée de topinambour, épinard au citron, c’est surprenant.

 

 

 

Bourgogne Hautes Côtes de Nuits (blanc) 2016

Dès les premières notes aromatiques, à la fois florales (acacia), miellées et fruitées (fruits jaunes mûrs), cette cuvée dégage un caractère flatteur. Issu d’un assemblage de 50% de Chardonnay et 50% de Pinot Blanc, après 10 mois de barrique, ce 2016 dessine, en bouche, un profil à la fois gras et frais, le tout dans l’harmonie.

Un régal en apéritif ou à déguster sur une assiette de rillettes de saumon accompagnées de gaufres de pommes de terre.

 

 

Fixin « Les Treuilles » (blanc) 2015     

Un vin au bouquet plaisant et frais d’agrumes et d’eucalyptus, au palais bien équilibré, tendu par une fine minéralité et offrant de l’intensité en rétro-olfaction. A savourer dans sa jeunesse, comme dans deux ou trois ans, sur un poisson à la crème.

A déguster dès maintenant sur un filet de sandre cuit sur la peau, crème de cèpes au siphon.